Syndicat Professionnel des Psychothérapeutes du Québec (SPPQ)

Dossier Politique : réglementation des Médecines Douces
Mission Portail Plan du site Pour nous joindre


 


   Accueil

   Syndicat Professionnel des Psychothérapeutes du Québec (Accueil)


 

Accueil

de la Commission

Accueil

de la Centrale Syndicale




Actualité / Nouveauté en Psychothérapie

 

Quel est la différence entre le psychothérapeute,

le psychologue, et le psychiatre?

 

                                  

À Télé-Québec, vendredi le 27 octobre 2006 à 19:30, Rediffusion : Dimanche 18 h 30, lundi 14h30, mardi soir 0 h 25, Dr Peter Véniez, Président, Directeur Général de la Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ) et Président du Syndicat Professionnel des Psychothérapeutes du Québec (SPPQ) est invité à l'émission pour un débat contre un psychiatre et une psychologue envers la question 'la  formation des psychothérapeutes devrait-elle être donné dans les universités par les psychologues. Le Dr Veniez n'étant pas d'accord à ce que les psychologues et psychiatres s'accaparent de la psychothérapie, il a toutefois apprécié la neutralité de Marie France Bazzo, mais pas celle de l'humoriste à la fin de l'émission. 

Oui, comme le stipule la journaliste Nathalie Morissette dans la section Arts et Spectacles du journal "La Presse"  de Vendredi le 27 octobre 2006, Dr Veniez affirme avoir traité l'humoriste de l'émission "Bazzo le Cloune" . 

Cependant il trouve démesuré de dire "Qu'il a perdu les plombs" étant donné qu'il a demeuré assis et calme même si Le Cloune a Bazzo l'a invité dehors !  Il est grand temps que quelqu'un se mettre debout pour défendre la profession des Psychothérapeutes au Québec.

Dr Veniez confirme encore une fois n'avoir aucun regret dans sa réaction de la veille et il soutien sa déclaration au journal la Presse "  S'il est capable de m'insulter, je suis capable de faire de même".

La version de la Commission sera publiée Bientôt a ce lien .


Dr Peter Veniez , directeur et professeur du Collège de Psychothérapie du Québec à Montréal (CPQM), Président, Directeur Général de la Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ) et Président du Syndicat Professionnel des Psychothérapeutes du Québec (SPPQ).


 

‹À l'émission›

Mercredi, 16 mai 2007

13h10; Dr Peter Veniez Ph.D., N.D., Nouvelles du Midi entrevu avec Dave Leclerc.  Dr Veniez donne son opinion suite à l'Article dans le Journal de Montréal page 8, que les Québécois sont les plus médicamentés au Pays.  Dr Veniez révèle qu'une partie du problème de surmédication relève du fait que seul les travailleurs Québécois ont facilement accès aux Médecines Douces par l'entremise de leur assurance collective.  Les ainés ainsi que les assistés sociaux n'ont pas accès et les chiffres démontrent qu'ils surconsomment les médicaments au Québec.  


LA VÉRITABLE CRISE DE LA SANTÉ MENTALE 

 

Au moyen de rares séquences historiques et d’interviews avec plus de 160 médecins, avocats, éducateurs, survivants et experts de l’industrie de la santé mentale et de ses abus, ce film fascinant montre au grand jour la pseudoscience brutale qu'est la psychiatrie et la fraude de milliards de dollars que ses praticiens commettent.

L'influence de la psychiatrie dans nos vies est majeure. Au cours du XXe siècle, l'industrie de la psychiatrie s'en est progressivement pris à chaque secteur de notre société et y a imposé ses « solutions » destructrices. La psychiatrie a prétendu que la douleur et la terreur étaient thérapeutiques: cela explique son utilisation de la lobotomie, de l'électrochoc, du coma à l'insuline et des drogues de type « camisole de force chimique » pour « aider » ses patients.

Tout au long des années '60 et '70, la psychiatrie a fait croire à la population, à répétition, qu'un nouveau médicament fantastique venait d'être découvert et qu'il était sans danger. Fois après fois, on découvrait que ces « solutions chimiques » avaient des effets secondaires horribles et en réalité, détruisaient la qualité de vie des patients quand elles ne les tuaient pas carrément.

De nous jours, ce sont les psychiatres qui forcent les prescriptions de psychostimulants comme le ritalin et d'antidépresseurs sur des enfants dont le cerveau et les organes sont en plein développement. Leur truc pour vendre leurs drogues? Blâmer le cerveau de l'enfant et déresponsabiliser les institutions d'adultes.

Sans aucune preuve médicale ou scientifique, sans aucun test biochimique ou autre pour attester leurs simples théories, les psychiatres ont fait croire aux parents, aux patients, aux enseignants et aux médecins non psychiatres que des dysfonctionnements dans le cerveau des gens expliquait leurs « problèmes » émotionnels ou de comportements. Résultat: des dizaines de millions d'adultes et plus de 20 millions d'enfants ont maintenant la certitude qu'ils possèdent un cerveau dysfonctionnel qui est la cause présumée de leurs ennuis dans certains aspects de leur vie. Blâmer le cerveau déresponsabilise les gens et les empêche de rechercher et découvrir les véritables causes à leurs ennuis. De plus, les médicaments-drogues prescrits par l'industrie psychiatrique sont maintenant continuellement accusés: en réalité ils détruiraient la qualité de vie des patients, provoqueraient des impulsions suicidaires et hostiles, aggraveraient la dépression, causeraient des problèmes cardiaques ou encore le diabète.

Vous pensez que la psychiatrie n'a rien à voir avec vous ou avec ceux que vous aimez? Pensez-y à deux fois! Découvrez par vous-même les faits sur la psychiatrie, commandez le kit Psychiatrie, la vérité sur ses abus. Il comprend un documentaire sur DVD de près de 2 heures et une brochure explicative couleur de plus de 60 pages

.


 


Conseil des Examinateurs en Psychothérapie du Québec


Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ)


Portail des Médecines Douces du Québec© Portail des Médecines Douces du Québec